Webcam et live show porno pour adultes

La cam sexy avec les amatrices de sexe, c’est toujours des show très hot en direct

Belle-mère salope exhibe et baise

Le sexe avec une mature, en webcam, en video porno ou même sous les draps, c'est le pied, faut bien l'avouer. Rare sont les hommes et les jeunes mecs à pouvoir se vanter de tirer un coup avec une belle-maman salope, peu importe que ce soit sur le livesexe ou dans la vraie vie. Choper de la salope, parler de cul en lui massant les seins, lui raconter ses fantasmes pendant qu'elle taille une queue, c'est excitant et plus encore.

Une jolie MILF remarque que la meilleure amie de son fils la regarde et commet aussi un vol de voiture avec un string.

"Alors, comment allez-vous, les garçons ?" Je lui ai demandé, en entrant dans sa chambre avec un panier.

"On va bien, maman, et je peux faire ma propre lessive."

"Je sais, Bruce, mais je suis toujours ta mère, et je le ferai si je veux bien", lui ai-je dit clairement en allant à son panier. "Ça ne te dérange pas si mes objets cachés touchent les tiens, n'est-ce pas ?" J'ai demandé, en mettant ses vêtements sur les miens dans le panier

"Maman, sérieusement, tu mets Jim mal à l'aise."

Je me suis penchée et je l'ai regardé. "C'est vrai, Jimmy ? Est-ce que ta mère fait ta lessive ?"

Je l'ai regardé pendant qu'il m'examinait avec désinvolture pendant un moment.

"Oh, je pense que c'est possible, mais parce que je pense que Jim veut quelque chose de moi. Mais je ne pense pas que Bruce le remarque. J'ai le ventre un peu visible, donc mon string est légèrement sorti et les bretelles de mon soutien-gorge sont visibles avec mon débardeur", me suis-je dit avant de le regarder dans les yeux. Wow, c'était subtil, Jim, tu viens juste de te débarrasser de ton visage. Tu veux me baiser, n'est-ce pas ? J'ai pensé qu'avant de combler l'écart. "Alors, qu'est-ce qui se passe, Jim ? Je suis juste la mère de ton meilleur ami, tu peux me le dire."

Il ne pouvait pas faire venir ses yeux sur les miens pour sauver sa vie, et j'ai dû rire un peu. Bruce n'a pas réagi et je ne savais pas quoi penser du béguin de Jim. Néanmoins, je me suis trouvé intrigué.

"Eh bien, son silence dit tout, maman. Laisse-moi faire la lessive ; je n'ai pas besoin que tu t'occupes de moi."

"Est-ce que ça veut dire que tu peux commencer à payer quelques tips avec une femme nue en webcam, fiston ?"

"Maman, bon sang", il se ressaisit, debout. "Donne-moi ça, panier", dit-il en tirant. "Je le ferai quand je serai prêt", a-t-il dit en lâchant le panier.

"Ok, Bruce", j'ai gloussé avant de lui picorer la joue. "Je t'aime."

"Je t'aime aussi, mais Jim n'a pas besoin de savoir que tu paies pour mes sites pornos."

J'ai posé mes yeux sur lui. "Jim, est-ce que ta mère paye tes sites pornos ?"

"Non, Tara, elle ne le fait pas, mais tu es une meilleure mère que je ne le pensais."

"Merci, Jim. J'aime bien que mes incontournables soient lavés avec de l'adoucissant, Bruce."

"Maman, ça suffit !" cria-t-il en tapant des pieds.

"Merde, t'es facile, fiston."

"Je le ferai plus tard, maman", dit-il avant de se tourner vers Jim. "Je vais prendre une douche, et ensuite on sortira, d'accord, mec ?"

"Oui, Bruce."

Il est parti sans dire un mot, et je n'ai pas pu m'empêcher de faire du fromage.

Mais j'ai encore jeté un coup d'oeil à Jim. "Oui, fais comme si tu lisais ce magazine, mais regarde-moi en secret, ce n'est pas un crime. J'ai sûrement envie de dire quelque chose, mais je ne pense pas que Bruce aimerait ça", me suis-je dit en me couvrant la bouche. "Mais je serai dans ma chambre, si tu as besoin de moi, Jim."

"D'accord, Tara, merci."

J'ai quitté la chambre et je suis allé dans la mienne. "Oh, il me matait, je le sais. Je suis la mère de son meilleur ami, mais quand même, dans son esprit sexuel, je suis une MILF à la poitrine chaude et aux cheveux bruns. Il veut coucher avec moi, mais ne peut rien dire à cause de Bruce. Dommage", lui ai-je dit avant de m'allonger. "Je suis sûre qu'il a une grosse bite, je ne pourrais pas le dire avec son pantalon et son caleçon, mais je le sais. Si Bruce ne le découvrait pas, je te sucerais jusqu'à ce que tu aies besoin de jouir, Jim. Je sortirais mes seins et je te laisserais les immerger. Tu es le meilleur ami de mon fils depuis le collège, et maintenant tu te prépares à aller à l'université. Nous avons une bonne relation, et j'aime bien ta mère aussi. Peut-être parce que c'est aussi une mère célibataire, mais quand même, je te laisserais me baiser aussi", murmurai-je avant que ma main n'arrive nonchalamment à mon entrejambe. "Eh bien, merde, même si ma jupe et mon string, je sens mon arrachement, parce que tu l'as fait plutôt mouiller."

Je me suis frotté un peu l'entrejambe et j'ai tremblé aussi. Je n'ai pas parlé plus, mais je me suis inévitablement retrouvé sur la ligne, je suppose.

"Merde, je ne peux pas fantasmer sur Jim, c'est mal. C'est chaud, mais c'est mal", ai-je gémi en bougeant la tête sur le côté. "Je l'ai clairement vu me regarder, alors est-ce que je laisse tomber complètement ?"

Je n'ai pas eu ma réponse, et je suis restée allongée un moment, à y réfléchir. Inutile de dire que ma chatte n'a pas seulement cessé de fuir, et mon moteur a continué à tourner aussi. Après quelques minutes seulement, je me sentais dans un sauna et plus excité que jamais à l'idée de baiser Jim.

J'ai même continué à lutter contre l'envie de savourer l'étrange attirance que j'avais pour lui. Je savais aussi que c'était parce qu'il voulait aussi me baiser, mais je ne pouvais pas nier mon désir de le rejoindre.

"Oh, merde", murmurai-je avant de mettre ma main droite dans mon string. "Oui, fais avec, madame", je gémissais en me frottant la chatte.

J'ai mouillé mes lèvres sans arrêt et j'ai en effet juste couru avec. Je savais bien que c'était tabou, mais il me semblait qu'il était plutôt chaud de le voir ainsi. Je ne pouvais pas m'en empêcher et une fois que j'ai commencé à me masturber, j'ai adoré.

"Veux-tu que cette MILF te suce la bite, ou la laisse dans sa fente ? Tu peux la mettre dans ma chatte, Jim, ça ne me dérange pas. Enfonce-la profondément et laisse sortir ton truc blanc aussi. Prends juste le risque de mettre une MILF en cloque, et donne-moi un frisson. On n'a pas besoin d'en parler à Bruce, on peut tous les deux garder un secret. Je laisse sortir mon jus en pensant souvent à toi qui me le colles, Jim. Je t'ai vu me regarder, il n'y a pas de quoi avoir honte, mais je suis une MILF excitée, et j'ai besoin d'une bite en moi de temps en temps. Oh, merde, je vibre maintenant. J'ai des frissons à l'idée, et merde, il faut juste que je sache à quel point tu es grand. Je ne sais même pas si tu as déjà fait l'amour avant parce que tout le monde ne s'envoie pas en l'air au lycée. Je sais que mon fils l'a fait, mais je ne suis pas sûr pour toi, Jim. Peut-être que ça n'a pas vraiment d'importance parce que je veux juste te baiser, peu importe si tu l'as fait une fois ou cinquante fois. Je veux le voir et le sentir aussi. Peut-être avec mes mains d'abord, et ensuite avec mes lèvres. Peu de temps après, mes seins, que je suis sûr que tu aimerais sentir avec n'importe quelle partie de ton corps. Si tu venais me voir, je n'aurais pas d'autre choix que d'agir sur mon attirance, tout comme toi, tombeur. Si nous venions tous les deux à l'autre, alors peut-être que nous baiserions, mais si l'un de nous s'inquiète, nous ne le ferons probablement pas", ai-je expliqué avant d'ouvrir les yeux. "Pourtant, Bruce est sous la douche, et ma chatte est aussi mouillée qu'une mousson, alors voyons ce qui se passe", ai-je dit avant de me lever.

Je suis sorti calmement de ma chambre et j'ai vu que la porte de la salle de bain était encore fermée.

Je n'ai pas parlé et j'ai vu la porte de la chambre de Bruce. Qu'est-ce qui se passe ? Sa porte est fermée, mais je sais que Bruce n'est pas là. Tu as un peu de temps libre, Jim ? J'ai pensé qu'avant qu'il n'arrive à sa porte.

J'ai appuyé mon oreille dessus.

"Oh, oui, Tara, tu es sexy", je l'ai entendu gémir.

J'ai souri, j'ai reculé la tête et je me suis couvert la bouche. "Oh, c'est intéressant, Jim. Tu te masturbes en pensant à moi, dans la chambre de Bruce ? Tu dois être excité pour mettre ça, et je dois l'être aussi", ai-je dit en saisissant la poignée de la porte. "Surtout si je vais faire ça", ai-je murmuré, en enfonçant la porte. "Espèce de pervers, tu as creusé dans la lessive et tu as repêché un de mes strings, mon string rouge. Maintenant, tu le frottes sur ton bois. Une telle vue devrait me répugner, mais comme je suis une femme qui a besoin d'être baisée, je trouve cela flatteur. Je peux voir ton visage, mais tes yeux sont fermés, et tu ne me regardes pas non plus de la meilleure façon possible ta bite avec mon string dans le chemin. Mais je peux quand même voir la tête à chaque instant, et j'aime ça. J'ai sûrement aimé ça, vu que c'est aussi mon string préféré", ai-je marmonné avant de remettre ma main dans mon string.

Je me suis fait plaisir à environ trois mètres de lui alors qu'il se gratifiait de mon string rouge. Cette fois, j'ai laissé mes doigts monter dans ma fente, ce qui m'a fait bouger encore plus. Je me suis agrippée à la poignée de porte pour faire levier, et elle m'a maintenue debout.

Alors que je scannais son corps de haut en bas à plusieurs reprises, j'ai ressenti des picotements dans tout le corps, et cela m'a fait aimer la situation encore plus. Je ne pouvais pas savoir combien de temps il allait continuer, mais je savais que je ne me séparerais pas les yeux avant qu'il ne s'arrête ou que la douche ne cesse soudainement.

Jusque-là, je me suis juré de continuer à me faire plaisir, même si je venais dix fois en le regardant. Je ne pouvais pas m'en empêcher, car que je pense que c'était bien ou mal, j'aimais toujours la situation et je ne pouvais pas l'arrêter.

"Oh oui, utilise ce string, sale jeune homme. Tache-le pour toujours avec ta semence, ça ne me dérange pas. Je pourrais même ne pas le laver maintenant, alors trempe-le avec tout ce sperme, Jimmy. Fais-le pour le string de la mère de ta meilleure amie", gémis-je devant un écart. "Je vois que tu deviens fou maintenant ; tu te prépares à jouir maintenant ?"

Il a incliné sa tête vers l'arrière jusqu'au bout, alors j'étais sûr de la réponse. Inutile de dire que cela m'a fait perdre la tête, pour ainsi dire. J'ai gardé le silence en voyant les effets sur lui, mais j'ai poussé la porte ouverte par erreur.

"Merde", gémissais-je, en tirant la main.

"Oh, merde, Tara, je suis désolé", s'excusa-t-il en se couvrant le visage d'une main. "Ce n'est pas ce que tu crois."

J'ai gloussé et j'ai fermé la porte.

Je n'ai pas parlé jusqu'à ce que je ferme l'espace et que je lui prenne doucement les bras. "C'est bon, je ne suis pas fâchée de ne pas le dire à Bruce, mais j'ai besoin que vous ne lui parliez pas de quelque chose."

"Quoi ?"

J'ai attrapé le string et je l'ai tiré vers mon visage. "C'est beaucoup de sperme, Jim, alors il n'y avait pas que moi, tu veux me baiser ?"

"Oui, je suppose, mais ne parle pas de ça à Bruce, il n'aimera pas."

"Ne t'inquiète pas, je peux garder un secret", murmurai-je en approchant mes mains de sa bite. "Je peux ?"

"Oui."

J'ai souri à nouveau en l'entourant des deux mains. "Oh, c'est raide, Jim, je sens que c'est un compliment pour moi, n'est-ce pas ?"

"Je suppose."

Je me suis calmement mis à genoux et j'ai caressé son zizi. "A quoi pensais-tu, Jim ? A ce que je te taille une pipe ? Tu peux me le dire, je ne te jugerai pas."

"Tara, Bruce pourrait revenir à tout moment, on ne peut pas faire ça. Peut-être que je suis attirée par toi, mais tu es la mère de mon meilleur ami."

"Je prends ça comme un "Oui", mais j'ai ajouté, en me levant avec lui. "Tu fantasmais sur moi ?"

"Je suis désolée."

"Embrasse-moi, et j'accepterai tes excuses."

Il s'est mordu la lèvre inférieure pendant quelques secondes, mais j'ai senti que son membre devenait fou.

"Tu es folle, Tara."

"Je sais, maintenant embrasse-moi."

Il a rapidement poussé ses lèvres sur les miennes, mais ses bras sont restés baissés. Quand ses lèvres se sont posées sur les miennes, il a en effet montré qu'il aimait ça, alors il n'a pas séparé ses lèvres des miennes.

Mais les miennes se sont détachées des siennes au bout d'un moment. "Alors, tu as aimé m'embrasser et comment je te fais une méchante branlette ?"

"Oui."

"Bien, maintenant avant que Bruce ne sorte de la douche, tu me promets de ne rien lui dire de tout ça ?"

"Oui, bien sûr."

"Bien, parce que je suis une MILF excitée qui a besoin de bois à mâcher de temps en temps", ai-je murmuré avant de me mettre à genoux. "Alors, ne lui dis pas ça", je l'ai prévenu avant de lui mettre sa bite dans la bouche.

"Oh, je ne le ferai certainement pas, Tara", gémit-il en plaçant ses paumes de main de chaque côté de son visage. "Wow, c'est tellement mieux que de simplement penser que ça arrive. Merde, tu es la reine de la MILF."

Je l'ai regardé alors que je laissais mes lèvres se poser sur son bois, mais il ne pouvait pas me regarder, ce qui m'a réjoui car je savais qu'il aimait le plaisir que je lui donnais. J'avais mes paumes à la base de son bois et je le tenais un peu serré.

J'avais déjà de la sueur qui coulait sur tout le corps, mais il augmentait quand même mentalement la chaleur, ce qui me donnait une chaleur d'enfer. En le regardant s'offrir le luxe de se faire sucer par une MILF, j'ai vibré et j'ai eu l'impression que tous les muscles de mon corps étaient sollicités.

Je ne l'ai pas poussé trop loin, trop vite, mais j'ai sûrement fait la cour presque immédiatement parce qu'il me voulait. Je ne savais pas jusqu'où je pourrais aller avec lui, mais à ce moment-là, en lui suçant la bite, je chérissais le temps passé avec lui pour me faire voir la lumière sexuelle qui se tenait devant moi pendant si longtemps.

"Putain de merde", gémissait-il, en me caressant la tête et le cou. "Je ne peux pas te féliciter assez, tes lèvres sont incroyables sur mon schlong, et que tu fasses vraiment ça, je ne peux pas me sentir trop mal pour Bruce. Je voudrais qu'il profite de ce plaisir si ma mère voulait le lui donner. Tu me le donnes pour une raison quelconque, mais je me fiche de savoir pourquoi. Tu es de la dynamite, chaque centimètre de toi. Ce serait un cliché de dire que c'est votre bouche ou vos seins, mais ce sont vos cheveux et vos yeux bruns qui sont les vrais tueurs", a-t-il déclaré, laissant des mèches de mes cheveux lui passer entre les doigts.

Mais j'ai calmement laissé sortir son membre. "Je ne suis pas d'accord, Jim. Je pense que c'est plus cliché de choisir mes yeux et mes cheveux parce qu'au moins avec les parties de mon corps qui sont sexuelles, c'est facile à comprendre, mais pas tellement avec ces autres parties, vous ne pensez pas ?

"Peut-être, je suppose, que tu me fais jouir comme une bouche d'incendie."

"Juste avec ma bouche."

"Toute ta personnalité, Tara."

"Et si tu me sucrais la marmite", j'ai proposé, en enlevant mon haut. "Tu veux voir mes seins ?" J'ai demandé avant d'enlever mon soutien-gorge aussi. "Vas-y, trempe-les un moment pendant que je les frotte doucement. Oui, ouvre bien la bouche, et dans un instant, je vais te sucer à nouveau la bite, tu ne crois pas que mes pichets seraient un bon endroit pour tirer ?"

Il a hoché la tête, et j'ai attrapé le string. "Tiens ça tant qu'il me plaît, horndog."

Il l'a pris, et je suis retourné voir son membre. J'ai placé les deux mains à la base et j'ai remis son bois dans ma bouche aussi. Inutile de dire que j'ai laissé mes lèvres pousser un peu plus vite, et je les ai poussées encore plus fort aussi.

"Baise-moi, c'est bien, Tara. T'es fou, je le jure. Tu es juste ça dans tous les sens du terme, et maintenant tu m'as montré tes melons aussi ? Ils sont plus que merveilleux, même si je ne les ai vus qu'un instant et que je n'ai pas pu les sentir. Tu me laisseras les sentir, n'est-ce pas ?"

J'ai hoché la tête et j'ai même mordu sa bite, juste un peu. Je lui ai fait savoir que j'étais un joker, et assez sale aussi. Ses mains sont revenues sur ma tête, et il a dû tirer mes cheveux un peu. Les circonstances ne m'ont sûrement pas dérangé.

J'ai goûté son zizi avec toute sa texture pas très bonne et tout le reste, mais bien sûr, il s'agissait des émotions sexy qui en découlaient. Je n'étais pas un grand fan des suceurs de bites, mais je savais sûrement qu'il s'imaginait que je lui faisais une sacrée pipe quand il se branlait.

"Wow, je ne sais pas quoi dire, mais je t'aime, Tara, tu es à couper le souffle, et j'aime ce truc aussi. Je l'ai déjà vu sortir de ton short ou de ta jupe un million de fois, et je ne peux pas imaginer quelqu'un qui le porte mieux. Je ne manquerai pas de le laver pour toi ; nous n'avons pas besoin que Bruce se méfie quand ma semence est partout."

Je l'ai encore une fois laissé sortir. "Non", ai-je dit, en me levant avec Jim. "Je veux que tu le gardes ; on ne peut pas se voir à cause de Bruce. Ton amitié avec lui signifie beaucoup plus que mon attirance pour toi, mais je veux que tu en gardes un souvenir", lui ai-je dit avant de l'embrasser. "Je t'aime aussi, un peu comme le meilleur ami de mon fils", ai-je ajouté avant de me mettre à genoux. "Je vais tellement bien te sucer que tu dois lâcher une rivière sur mes seins", lui ai-je dit avant de réintégrer son membre.

"Oh, je le ferai, Tara. Je vais jouir sur vos pichets, même si vous êtes la mère de Bruce. Vous êtes une mère éblouissante en effet, et je ne peux pas imaginer que ça se passe mieux, même si ça n'arrive qu'une fois. Tu pourrais être la pire suceuse de bites du monde, et je fondrais quand même. Tu es merveilleuse, et je ne peux pas penser à d'autres mères ou belles-mères d'amies que j'aurais à genoux devant moi que toi."

J'ai encore hoché la tête, puis j'ai fermé les yeux et je me suis concentré pour le sucer. J'ai appuyé mes lèvres sur son organe, alors elles ont commencé à me faire un peu mal, mais néanmoins, tout comme je le regardais, je n'étais pas prêt d'arrêter, à moins que Bruce n'intervienne.

"Oh, oui, oui, oui, je te sens travailler ta magie encore plus maintenant. J'adore ça, et je marche sur l'air maintenant", gémissait-il, en bougeant son corps d'avant en arrière.

Je l'ai bien suivi et j'ai gardé ma bouche occupée. À ce moment-là, j'avais sa canne, si bien lubrifiée, que j'avais à peine besoin de bouger les lèvres. Toute ma salive faisait le travail pour moi, ce qui avait un effet plus puissant sur lui, car je l'entendais gémir à plusieurs reprises et se trémousser aussi.

Même avec toutes ces choses, il n'a pas donné sa semence aussi facilement. Je ne pouvais que deviner que c'était parce qu'il avait tiré sa charge il n'y a pas si longtemps, mais cela m'a donné envie de le faire tirer encore plus.

J'ai resserré mon emprise sur lui au fur et à mesure qu'il devenait un peu plus difficile à contrôler, alors je savais qu'il serait difficile de le faire craquer. En gardant cela à l'esprit, j'ai fait de mon mieux pour obtenir le meilleur résultat possible. J'ai retenu mon souffle le plus possible et j'ai concentré toute mon énergie à faire éclater son blanc.

Il a joué avec mes cheveux et a aussi appuyé ses mains sur ma tête. Il a donc mis en place une défense en faisant différentes choses pour ne pas céder au plaisir, plutôt que de me laisser le gagner sans combattre.

Je me réjouis que vous vouliez vous battre bec et ongles pour ne pas jouir, car cela signifie en fait que vous êtes un homme, plus que sur le plan juridique. Vous voulez faire plaisir à la femme avec qui vous êtes, et c'est louable. Je t'ai sucé la bite pendant plus de cinq minutes, enfin, avec de brèves pauses, mais bien sûr, tu ne vas pas tomber, mais souviens-toi : je suis une MILF, et je suis une ancre sexuelle géante prête à te peser le plus possible. Je pense que Bruce n'est pas assez ouvert d'esprit pour être d'accord avec sa mère de quarante ans qui fait régulièrement l'amour avec sa meilleure amie, dommage, parce que je pourrais m'amuser beaucoup avec cet étalon".

"Oh, tu y es presque maintenant, Tara, continue et fais jouir tous ces nichons. Une fois que je l'aurai fait, ils auront peut-être l'air moins sexy, mais tu auras toujours un fantastique jeu de pichets. Putain de merde, tu es pétillante. De toutes les MILF du monde, je suis sûr que tu es le top avec lequel j'aimerais le plus me mettre au lit. Je te baiserais à fond et je m'assurerais que tu sois satisfait dans tous les sens du terme aussi. Une MILF comme toi n'arrive pas tous les jours, et je devrai me coller les lèvres si je dois m'empêcher de me vanter de toi. Vous êtes tout autre chose, je n'ai jamais rencontré une femme comme vous", se lamente-t-il en me caressant la tête.

J'ai hoché la tête encore une fois et j'ai laissé nos yeux rester ensemble pour le moment le plus intime de tous. Je n'ai pas bougé mes lèvres, mais elles ont ralenti. De cette façon, il savait que j'étais aussi sérieuse, ce qui équivalait à ce qu'il crachait tant d'éloges.

Lorsque nous nous sommes regardés, j'ai certainement vu l'étincelle qui jaillissait lorsqu'il m'a appelé, pour ainsi dire. Je voulais sûrement lui sucer la bite pour toujours, mais je savais qu'il devait tirer tôt ou tard. Je savais qu'au fond, il était un peu romantique, donc l'intimité était meilleure que le plaisir physique que je lui donnais.

Ses mains continuaient à bouger quand il tirait mes cheveux et qu'il poussait ma tête aussi. À chaque seconde qui passait, je le voyais perdre un peu plus la tête, donc je savais que sa dernière défense allait arriver. Même en gardant cela à l'esprit, je n'étais pas prête à être indulgente avec lui.

Je voulais sa semence, et je sentais bien que cela créerait un souvenir plus fiable pour la faire sortir gentiment et tranquillement que de lui donner simplement besoin de jouir le plus vite possible. De cette façon, j'ai senti qu'il serait le meilleur ami de Bruce pour toujours, car il ne voudrait certainement pas me perdre de sa vie.

Si je suçais la vie de sa bite avec mon fils qui se douchait juste de l'autre côté du mur, je savais qu'il fabriquait la meilleure pipe qu'il pouvait imaginer venant de moi. Il était clair comme le jour qu'il avait le béguin pour moi, mais quand son fantasme a finalement pris vie, rien d'autre ne comptait pour lui, à part Bruce.

Il l'a sûrement prouvé, mais son regard a montré combien il aimait que je lui suce la bite. Je l'ai sucée pendant plus de dix minutes, y compris mes petites pauses, mais il a réussi à ne pas jouir. J'ai aimé et détesté ça, mais d'une seconde à l'autre, j'ai senti ce tic-tac.

"Oh, oui, Tara, il faut que je tire maintenant", gémissait-il, en poussant doucement ma bouche sur sa canne.

"Alors tire sur ces pichets de MILF, Jim", l'ai-je supplié en les soulevant.

Il a pris son membre et l'a caressé à droite d'eux pendant que nous échangions à nouveau un contact visuel. Nous n'avons pas dit un mot, et je n'ai pas jeté un coup d'oeil en bas, car je sentais que sa charge chaude et collante attaquait mes melons comme la bouche d'incendie qu'il a décrite.

J'ai eu chaud, mais bien sûr, il s'est refroidi assez rapidement. J'ai adoré ça et j'ai sûrement fait encore plus la cour. Je me sentais si bien que ça faisait un peu mal chaque fois qu'il me frappait avec un autre jet.

"Putain de merde, Jim, je savais que tu avais un faible pour moi, mais merde", j'ai gloussé, en leur frottant tout ça.

"C'était incroyable, Tara."

"Merci", ai-je dit, en me levant avec lui. "Tu n'es pas si mal non plus", ai-je ajouté, en l'entourant de mes bras. "Ne t'inquiète pas, je ne laisserai pas ton sperme te toucher", lui ai-je dit avant de l'embrasser.

"Merci, Tara, mais tant pis", a-t-il ajouté avant d'appuyer sa poitrine sur mes seins et d'enrouler la sienne autour de moi aussi.

Nous nous sommes embrassés comme des amants passionnés et nous avons sûrement apprécié chaque seconde. Nous ne nous sommes pas reparlés et avons gardé les lèvres jointes pendant plus de trois minutes. Je ne savais pas quoi penser de tout cela, mais j'ai sûrement aimé chaque seconde.

"Maman, Jim, c'est quoi ce bordel ?" Bruce se plaignait.

"Merde, il est déjà de retour", gémissait Jim, reculant et rangeant sa bite. 

"Je l'ai entendu", lui dis-je, en prenant sa couverture.

Je me suis couvert et je me suis retourné vers Bruce. "Je suis désolé, Bruce, mais tu ne vas pas t'énerver à cause de ça."

"Pourquoi pas, maman ? Tu fais l'amour avec mon meilleur ami."

"Alors, quoi ? Je paie pour ton porno, je fais ta lessive, et je t'ai même fourni des préservatifs et des contraceptifs, alors tais-toi déjà. Je suis toujours une femme, et Jim m'aime bien, alors si on veut se revoir tous les deux, c'est la merde."

"Qu'est-ce que je suis censé répondre à ça, maman ?"

"Rien, parce que tu es censé être un bon fils, et faire ma lessive, comme tu as dit que tu le ferais. Je sais que tu n'aimes pas te rappeler que j'ai encore des besoins, mais j'en ai, alors laisse tomber, compris ?"

"Alors, quoi, tu vas continuer à le voir ?" demanda Bruce, en montrant du doigt Jim.

"Peut-être, mais je vais au moins laver ta couverture pour toi", ai-je ajouté, comblant ainsi le vide. "Je t'aime, et tu m'aimes, donc cela ne change rien", ai-je précisé, avant de bécoter le front de Bruce. "Maintenant, Jim", lui dis-je en me tournant vers lui. "Viens dans ma chambre avec moi, et peut-être que tu me verras plus. Au diable ce que j'ai dit avant, Bruce sait ce qui est le mieux pour sa maman, n'est-ce pas Bruce ?" Je lui ai demandé, en le regardant.

"Oui, maman, mais je n'aime toujours pas ça."

"Et je n'aime pas que tu couches avec différentes femmes dans ma maison sans me présenter d'abord, alors passe à autre chose, sors ton ordinateur portable et profite de l'abonnement qui vient de ma carte de crédit, d'accord ?"

Il est resté silencieux pendant un moment alors qu'il me lançait un regard cochon. "Bien, maman."

 Je me suis couvert, mais j'ai pris une des mains de Jim. "Au moins, tu sais, Bruce, on se voit plus tard", ai-je dit avant que nous nous dirigions tous les deux vers la porte. "N'oublie pas mon linge, mais je vais quand même laver ta couverture."

"D'accord, maman."

Quand Jim et moi sommes entrés dans ma chambre, j'ai fermé la porte et j'ai fait tomber la couverture. "Je suppose que maintenant tu vas voir ma chatte", ai-je dit, en baissant mon string. "Je suis de très bonne humeur, alors garde aussi celui-là en rose. Tu te souviendras encore plus de moi quand tu me baiseras avec", lui ai-je proposé en le lui remettant. "Et ne t'inquiète pas pour Bruce", lui dis-je en l'entourant de mes bras. "Il s'en remettra, maintenant pose tes mains sur mes fesses nues et embrasse-moi."

"Oui, Tara", a-t-il dit, en posant ses mains sur mes fesses. "J'avais des projets avec lui ce soir, mais je te crois sur parole qu'il s'en remettra."

"Il va... maintenant m'embrasser."