Webcam et live show porno pour adultes

La cam sexy avec les amatrices de sexe, c’est toujours des show très hot en direct

Sexe avec les Milf à proximité

Oh, la MILF. Je n'avais jamais entendu ce mot auparavant, mais je ne le connais que trop bien maintenant. Je n'étais qu'un étudiant fauché, à la recherche d'un peu d'argent supplémentaire. Mon père m'a suggéré d'entretenir la pelouse. Il m'a également suggéré de chercher du travail dans l'une des rues les plus riches de notre ville. Sa théorie était que les riches n'aiment pas tondre leur propre pelouse. Il s'est avéré que papa avait raison, mais certains des résidents avaient besoin de plus que l'entretien de leur pelouse. Et là, j'ai pu mettre en pratique tout ce que je vois en webcam sexe avec les jeunes salopes ou les mifls sexy (mes préférées)
 

La plupart des amoureux de ce quartier hupé étaient des mères au foyer qui s'ennuyaient souvent avec leurs enfants à l'école et leurs maris au travail. Elles étaient stressées d'avoir à s'occuper des deux, faisant toujours passer leurs propres besoins en dernier, bien sûr. Et je me suis avérée être une distraction bienvenue dans leur vie autrement banale. Comme un jeune garçon typique, j'étais excité 24 heures sur 24, 7 jours sur 7. Bien que je puisse prendre les choses en main, pour ainsi dire, rien de plus qu'une chatte ou un cul serré, comme je le découvrirai bientôt. Mes interactions avec les salopes matures du quartier ont été mutuellement satisfaisantes, c'est certain. 

~~~

Lundi - Mme Curnone

J'entends une voix stridente crier "Salut, Charles, chérie" et je me retourne pour voir Mme Jenkins, la tête blonde décolorée, regarder par-dessus la clôture. 

"Phyllis, ce n'est pas ton jour", s'inquiète Mme Curnone.

"Je dis juste 'Salut', Camille. Il n'y a pas de mal à ça. Y a-t-il, Charles ?" Mme Jenkins répond, suintant du sucre de sa voix.

"Bonjour, Mme Jenkins", je réponds. 

"Charles, je viens de faire des cookies au chocolat, si tu veux passer après la tonte", ronchonne-t-elle.

"Phyllis, j'ai tous les biscuits dont il a besoin", rétorque Mme Curnone.

Oh, bon sang. Suis-je sur le point d'assister à un combat de chats ? Il est flatteur que ces deux femmes se battent manifestement pour moi, mais cela me met aussi un peu mal à l'aise. Je ne sais pas trop quoi faire.

"Laisse Charles répondre pour lui-même, Camille !"

Oh merde. "Umm, merci, Mme Jenkins, peut-être une autre fois", je décide de dire. Mme Curnone avait raison, ce n'était pas son jour. 

"Bon, d'accord. Je te vois mercredi, chérie", dit-elle, incapable de cacher sa déception. Puis, je vois sa tête blonde disparaître.

"Honnêtement, cette femme !" gémit Mme Curnone. Je choisis de ne pas répondre.

Mme Curnone est la maman d'à côté, en pleine forme. Elle est jolie, d'une manière naturelle, avec de petits traits. Ses vêtements sont indéfinissables et cachent son corps, tout le contraire de Mme Jenkins, la voisine d'à côté. Mais, si cette femme se retrouve derrière des portes fermées, un monstre sort pour jouer.

Je tond son jardin pendant qu'elle est assise sur sa chaise longue en faisant semblant de lire. Mais, je vois ses regards constants dans ma direction. Je sais ce qu'elle a en tête - et ce n'est pas ce livre. Une fois que j'ai fini de tondre, Mme Curnone me donne son excuse habituelle pour me faire entrer dans sa chambre. Je ne sais pas pourquoi, mais elle joue à ce jeu idiot où elle agit comme si j'allais l'"aider" innocemment à faire quelque chose. Puis, pendant que je l'"aide", elle me saisit la bite et vous verrez où cela mène toujours. 

"Charles, tu peux me prendre quelque chose sur l'étagère du haut ?" demande-t-elle.

"Bien sûr, Mme Curnone", je joue le jeu, en la suivant dans les escaliers qui mènent à sa chambre. 

Elle me montre une boîte à chaussures sur l'étagère du haut et je l'attrape et la récupère. Pendant que mes mains tiennent la boîte, ses mains saisissent ma bite à travers mon short. 

"Tu es si grand et si fort, Charles. Mmmmmm", dit-elle en souriant, tout en me caressant à l'extérieur de mon short. 

"Merci, Mme Curnone", dis-je en enroulant ses bras autour de mon cou, en tirant ma bouche pour un baiser.

Elle aime jouer à la ménagère saine devant ses voisins, mais derrière des portes fermées, elle est la plus sale de toutes. 

Nous nous embrassons alors que sa main s'agrippe à l'intérieur de mon short et me saisit. Sa main se resserre et elle me pousse bien. Cette femme sait comment faire une bonne branlette, c'est sûr. Ma bite palpite à sa portée. Je déboutonne son short et je le descends, ainsi que sa culotte en coton. Elle descend aussi mon short et nous nous débarrassons du reste de nos vêtements et nous montons sur le lit. La vue de sa chatte poilue m'effraie toujours un peu. J'en ai vu en sexecam mais jamais j'en ai eu sur les doigts ou dans la bouche. Les étudiantes avec qui j'ai été se rasent la chatte à poil. Donc, c'est nouveau pour moi. Ça me fait un peu flipper. 

"Mange-moi, Charles", ordonne-t-elle.

Alors, je me lance. Je finis par lui raser les cheveux avec ma langue pour atteindre son clitoris. Et voilà. Par-dessus cette petite bosse sur la route, je plonge dedans. Dès que ma langue touche son point chaud, ses hanches se détachent du lit. Je crois que je fais ça bien. 

"Doucement, Charles. Ne va pas directement à mon clitoris. Fais d'abord attention à mes lèvres et à ma chatte. Ralentis, Charles", dit-elle.

D'accord. Je suppose que je ne le faisais pas tout à fait correctement. J'avance ma langue plus loin, léchant ses lèvres de haut en bas, explorant tous les délicieux plis de sa chatte. Je sens ses mains se tordre et saisir mes cheveux alors que ses cuisses se pressent contre moi. 

"Charles ! Oh, mon Dieu, ne t'arrête pas ! Ne t'arrête pas !"

Alors, je ne m'arrête pas. Les clapotis, les pichenettes, les tourbillons de ma langue entre ses jambes la rendent folle. Je me retire pour bien voir sa chatte. Les cheveux me lancent encore un peu, mais je suis définitivement excité par sa vue et je respire son arôme. Mes doigts séparent ses lèvres alors que je décide de tremper ma langue à l'intérieur. Je dois la tenir en bas alors qu'elle essaie de bouger ses hanches de haut en bas. Ma queue est dure comme un roc à cause de tous ses gémissements et de ses gémissements de plaisir. 

En plaçant mes mains derrière ses cuisses, je la berce, pour pouvoir jeter un coup d'œil à son trou de balle. Le voilà, un trou brun bien plissé. Je veux l'explorer. Toutes les étudiantes avec qui j'ai été avaient peur de son cul et ne voulaient pas me laisser l'approcher. Je ne peux pas laisser passer cette opportunité. Ma langue s'agite et Mme Curnone sort une fois de plus du lit, excitée. 

Ma langue tourbillonne et je décide alors de tremper un doigt à l'intérieur. J'ai l'impression que Mme Curnone va s'y intéresser. Je n'ai pas tort. 

"Charles ! Oui, va te faire foutre, Charles !"

Quoi ? Je l'ai bien entendue ?

"Tu veux que je baise ce cul ?" Je demande, en la baisant plus fort avec mes doigts.

"Oui ! Fais-moi rouler", dit-elle. Puis, elle prend sa table de nuit, retire du lubrifiant et me le lance.

Je n'arrive pas à croire ce qui se passe. Je la retourne et elle se met à nouveau à genoux, en levant son petit cul chaud pour moi. Je me dis que c'est comme baiser sa chatte et j'emménage. Elle m'aide en se mettant derrière et en écartant ses joues pour moi alors que son visage se presse contre ses couvertures.

Je fais gicler une boule de lubrifiant sur ma queue et je manoeuvre sa petite ouverture serrée. 

"Vas-y doucement au début, Charles", me demande-t-elle.

J'appuie doucement sur l'ouverture de son cul, puis je me retire. Je le répète encore et encore, à chaque fois en faisant travailler ma grosse bite un peu plus loin.

"Est-ce que ça va, Mme Curnone ?" Je demande, nerveuse de ne pas faire ça bien.

"Tu es incroyable, Charles. C'est tellement bon. Poussez maintenant. Maintenant, Charles !"

Je pousse ma longueur jusqu'au bout alors qu'elle gémit profondément. J'y suis. Oh, putain ! Quel ajustement serré ! Et je commence à la baiser. Elle repousse mes coups, me forçant à m'enfoncer plus profondément. Putain ! Putain ! Je ne tiendrai pas longtemps tant que ça sera trop bon !

"C'est ça, Charles. Putain, Charles. C'est trop bon !" gémit-elle, me donnant confiance.

Je m'accroche à ses hanches et je la baise plus fort, en essayant de ne pas exploser. Je compte dans ma tête pour me distraire. 1 ... 2 ... 3 ... 4 ... 5 ... Je me sens bien si je peux atteindre 20 ans avant de jouir.

"Je jouis, Mme Curnone. Je ne peux pas me retenir", ai-je dit en m'excusant à moitié.

"Oui, jouis, Charles. Jouis !"

Et avec sa permission, j'éjacule dans son cul serré. Je le sens gicler encore et encore. Putain ! C'est l'orgasme le plus fort que j'ai eu depuis un moment. Je me retire et je me retourne sur le côté en haletant. Et puis sa chatte poilue est sur mon visage. 

"Achève-moi, Charles. Il suffira de quelques coups de pied", supplie-t-elle.

Mon sperme s'écoule de son cul alors que je passe encore une fois ses cheveux au crible pour trouver son petit bouton sexy. Elle a raison, trois léchages et elle m'explose au visage. Elle se tortille, tremble, coule sur mon visage. Puis, elle glisse vers le bas et se blottit contre moi. J'enroule mes bras autour d'elle et nous nous remettons ensemble, dans les bras l'un de l'autre. Elle appelle cette fois "l'après-soin" et me dit combien c'est important pour les femmes. Quand elle en a assez de cet "aftercare", je m'habille, je reçois un coup de bec sur la joue, et une dernière prise de ma bite.

~~~

Mercredi - Mme Jenkins

Cette maman blonde et bombasse laisse tout traîner. Elle ne porte jamais de soutien-gorge... les tétons traversent son haut... les joues de son cul pendent de son short. Et son visage est toujours comme si elle venait de quitter le comptoir de maquillage de Macy's. Elle est super sexy ! Vraiment, vraiment sexy ! Et elle le sait. 

Elle aime d'abord baiser et ensuite se prélasser sur sa chaise en se remettant de son orgasme, pendant que je tond. Je préférerais l'ordre inverse car je suis épuisé après avoir baisé cette mère, mais c'est elle la patronne. 

Aujourd'hui, elle commence la conversation par : "Charles, tu ne trouves pas que j'ai un beau jardin ?" 

"Euh, ouais, je suppose", je réponds, incertain de l'issue de la conversation.

"Tu dirais que c'est mieux que les jardins des autres voisins ?" dit-elle en pinçant ses lèvres peintes en rouge.

Oh, non. Attention ! Attention ! Je sais où cela mène maintenant. Je ne me laisserai pas piéger en disant que l'herbe de qui est plus verte, si vous voyez ce que je veux dire. 

"C'est une belle rue, Mme Jenkins. Vous avez tous de très belles cours", lui dis-je, en espérant qu'elle s'arrête ici.

"Mais, le jardin de Camille est si... simple. Vous ne trouvez pas ?" continue-t-elle.

Oh, non. 

Je prends une décision audacieuse et je décide de lui fermer la bouche de la seule façon que je connaisse. Je l'attire en moi et j'embrasse ses lèvres, en frottant mes mains de haut en bas sur son corps. 

"Mmmmm, Charles. Tu me veux, n'est-ce pas ? Dis-le", ordonne-t-elle.

"Je vous veux, Mme Jenkins", lui réponds-je. Et elle me conduit par la main dans la maison. Problème résolu. 

Me donner des biscuits fraîchement cuits, c'est toujours comme ça que ça commence. Elle me fait asseoir sur le canapé du salon et me chevauche, me nourrissant de biscuits chauds et cuits. Et ses biscuits sont délicieux. Ses doigts s'attardent toujours dans ma bouche pendant qu'elle me nourrit, tandis que sa chatte se frotte contre la bite dure comme le roc qui fait rage dans mon short. Mes mains vont directement vers ses énormes seins et frottent ses tétons durs. 

Elle a les tétons les plus longs que j'ai jamais vus et elle aime que je les suce - ça la rend folle ! Je tire son haut extensible vers le bas à l'avant lorsqu'un sein sort et ma bouche se referme sur son mamelon dur. 

"Charles ! Oh, Charles !", dit-elle en criant. "J'aime tes lèvres sur mes tétons ! Mords-en un !"

J'en serre un avec mes dents et elle grince plus vite contre moi. En tirant sur son téton avec ma bouche, elle se réveille encore plus vite. Elle s'éloigne et glisse sur le sol entre mes jambes. Je regarde ses grands yeux bleus et ses lèvres rouges, j'ai besoin qu'elle me suce maintenant. Putain, elle donne une bonne tête. Ses doigts fins avec du vernis à ongles peint en rouge saisissent le haut de mon short et de mes sous-vêtements et les font descendre jusqu'à mes genoux. En une seconde, son visage est sur mes genoux, léchant ma bite de 8 pouces de haut en bas du manche.

"Mme Jenkins ! Merde !" Je gémis.

"Tu aimes ça, Charles ? Tu aimes mes lèvres sur ta bite. Dis-moi. Dis-le, Charles", dit-elle entre deux coups de langue.

"J'aime vos lèvres sur ma bite, Mme Jenkins", je dis avec une haleine de chiffon.

"Tu veux que je mette toute ta bite dans ma bouche, Charles ? Dis-le", dit-elle en me regardant.

J'essaie de former les mots : "Mme Jenkins, mettez ma bite dans votre bouche."

Et elle le fait. Elle me fait glisser lentement, centimètre par centimètre, avec sa langue qui tourbillonne sous ma queue tout le temps. Putain ! Je t'ai dit que cette femme donne de bonnes têtes ? 

Je sens ma tête sensible frapper l'arrière de sa gorge. Elle prend mes mains et les enroule dans ses cheveux blonds, voulant que je prenne le contrôle. En m'agrippant, je pousse mes hanches vers le haut du canapé, en baisant son visage. Je ne tiendrai pas longtemps, ça fait tellement de bien.

"Je suis sur le point d'éjaculer", je bafouille.

Elle se lève brusquement et me chevauche, en posant sa chatte mouillée sur ma bite en manque d'affection. Oh, putain ! Elle bouge de haut en bas tout en déplaçant mes mains vers ses seins. 

"Tu aimes ma chatte, Charles ? Dis-moi que tu aimes ma chatte", gémit-elle.

"Mon Dieu, oui. J'aime votre chatte, Mme Jenkins."

J'ai tiré son haut sur sa tête, libérant ses seins. Pétrissant ses monticules, se penchant pour sucer ses tétons, pendant qu'elle s'empale avec ma grosse bite. Oh, putain ! 

Elle monte et descend sur ma bite. Je pousse mes hanches vers le haut pour aller plus loin. 

"Charles ! Charles !" s'écrie t-elle.

"Je suis sur le point de jouir, Mme Jenkins", je gémis.

Je vois sa main descendre pour frotter son clitoris. Mes propres mains continuent de serrer et de pincer ses tétons. Je ne peux pas me retenir plus longtemps... les couilles se resserrent... et je lui lance mon premier paquet de sperme dans la chatte.

"Mme Jenkins !" Je l'appelle.

Elle penche la tête en arrière et crie, haletant et hurlant son orgasme. Je sens son humidité autour de ma bite qui rétrécit. Mes genoux sont mouillés par nos jus qui coulent. Elle se penche en avant et m'embrasse alors que nous descendons tous les deux de nos orgasmes. Une fois que nous nous sommes rassemblés et habillés, je dois retourner tondre. Ugh. 

~~~

Vendredi - Mme Cerise

Je décharge ma tondeuse à l'arrière de mon camion quand Mme Cerise sort en courant de sa porte d'entrée, ses gros nichons rebondissant.

Elle crie "Salut, Charles !", en agitant la main et en rebondissant avec excitation.

Je lui fais signe, surpris que ces gros nichons ne lui fassent pas de bleus au menton. Elle est la mère de triplés et je suppose que son corps a beaucoup grandi avec sa grossesse. Ses seins sont d'énormes pichets qui rebondissent à chaque mouvement de son corps. Et son cul... whoa... les Kardashians n'ont rien sur elle. Elle me conduit dans le jardin pour commencer à travailler.

Comme les autres, elle aime me regarder tondre. Et comme les autres, j'aime qu'elle me regarde. Après avoir fait le plein d'essence, j'enlève ma chemise et je lui montre mes armes. Elle s'assoit sur la chaise de jardin et observe chacun de mes mouvements. Ma bite s'agite à force d'être regardée si attentivement par cette femme sexy. Il fait une chaleur torride et je transpire en un rien de temps. Je sais qu'elle a chaud elle-même en regardant les gouttes de sueur couler sur ma poitrine. Je prends mon temps pour tondre, sachant qu'elle s'excite de plus en plus - ce qui signifie que je vais mieux baiser plus tard. 

Alors que je tourne et que je dirige la tondeuse dans sa direction, elle fait semblant de laisser tomber son livre sur le sol. Elle soulève son cul comestible de sa chaise et se penche de manière séduisante pour récupérer son livre, me donnant une vue incroyable de ses joues rondes et pulpeuses. Ma bite se met au garde-à-vous pour lui montrer ma reconnaissance. Il est temps d'accélérer le rythme avec la tondeuse maintenant. Dix minutes de plus passent et je termine le travail. 

"Beau travail, Charles !" dit-elle en s'élançant. "Maintenant, entrez et rafraîchissez-vous."

Je sais ce que ça veut dire maintenant. "Refroidir" signifie en fait "chauffer". C'est parti.

On entre dans sa cuisine et elle me verse un verre de limonade. Quand elle me le donne, elle l'éclabousse sur ma poitrine nue.

"Oups, je suis maladroite, Charles. Laisse-moi nettoyer ça pour toi", dit-elle en se penchant vers l'avant pour "nettoyer" le déversement avec sa langue. Sa langue se penche sur la limonade qui s'écoule de ma peau, tandis que mes doigts s'agrippent à ses cheveux rouge feu. Je suppose qu'aujourd'hui, nous allons baiser dans la cuisine. 

"Oh, Charles, je suis vraiment désolée d'avoir fait du désordre. Tu vas me donner une fessée ?" demande-t-elle avec de l'espoir dans les yeux. 

"Oui, Mme Cerise. Méchante fille ! Penche-toi sur la table !" Et je la retourne et la penche grossièrement sur la table de la cuisine. Elle crie alors que mes doigts trouvent la ceinture de ses jambières et les tirent rapidement jusqu'à ses genoux. Je ne suis pas surpris de trouver un string sexy en dessous. Ses grosses fesses sont exposées, alors je laisse son string en place. Je lui rends la main et lui donne une bonne claque sur la joue gauche de son cul. Une claque !

"Charles !", elle crie.

Je lève la main et je lui donne une fessée sur la fesse droite. Une fessée !

"Les mauvaises filles reçoivent une fessée !" Je grogne.

"Charles ! Oh, Charles !" elle gronde encore.

Smack ! Smack ! Smack ! Smack !

Putain ! Elle est si chaude, penchée sur cette table, que mes joues deviennent plus roses à chaque coup de main. La fessée d'adulte est nouvelle pour moi, mais j'adore ça, putain. Je n'étais pas sûr de le faire quand elle m'a dit pour la première fois qu'elle voulait que je lui donne une fessée. Ce n'était pas une sorte d'abus ou quelque chose comme ça ? Mais, le plaisir évident qu'elle en retire m'a encouragé et maintenant j'ai hâte de donner la fessée à son vilain cul chaque fois que je viens ici. Le pouvoir que je ressens en baisant transforme ma bite en acier. 

Je lui donne une bonne fessée jusqu'à ce que son cul soit rose vif. Elle se cogne contre la table, en frottant son monticule contre le bord. Je fais quelque chose que je n'ai jamais fait auparavant et je me penche pour prendre une grosse bouchée de sa pêche blanche juteuse.

Elle crie "Ow !", mais elle adore ça, c'est évident. "Baise-moi, Charles ! Baise-moi ! Mets ta grosse bite dans ma chatte !" elle supplie.

Je pense qu'avec les triplés, elle est très efficace en toutes choses. Elle ne veut jamais beaucoup de préliminaires, juste une fessée et puis directement la baise. Tout ce qu'elle veut me convient. J'aime tous les différents styles de sexe chez les MILF.

Je descends mon short de sport, je fais glisser le string de la fille et je dirige ma bite rigide directement dans sa chatte mouillée et dégoulinante. Elle n'est pas aussi serrée que les autres, mais c'est quand même une super baise. Vous avez déjà entendu parler d'un câlin de chatte ? Eh bien, elle fait ce truc... ce truc incroyable... où je sens la paroi de sa chatte se resserrer autour de ma bite. Un peu comme si sa chatte serrait ma bite à plusieurs reprises. C'est tellement bon, putain ! 

Je me mets dans mon rythme et j'enfonce très profondément, je me retire, je fais une pause, puis je replonge plus fort qu'avant. La table grince à chaque poussée et ses pattes grattent le sol, se mêlant à ses gémissements. J'aime regarder ses joues de cul onduler et trembler chaque fois que ma queue plonge. Je suis sur le point de faire sauter mon chargement en écoutant le bruit de mes couilles qui se cognent entre ses jambes. Pour pimenter un peu le tout, je lui donne des fessées intermittentes, ce qui la fait crier. 

Quand ses gémissements deviennent plus forts, je lui passe la main par devant et lui gratte son petit clito tout chaud. 

"Charles ! Baise-moi ! Fais-moi jouir, Charles !" crie-t-elle.

Je frotte son clitoris d'une main pendant que l'autre la tient en place pour que je puisse la baiser plus fort, forçant son corps à absorber le poids de mes coups. Mes couilles se resserrent, mais je veux l'attendre. Je continue à la baiser fort, en écoutant les signes qui indiquent qu'elle est sur le point d'éjaculer.

"Ejaculer, putain !" Je l'aboie, sachant qu'elle aime ça. "Maintenant, Mme Cerise !"

"Chaaaaaaaasssseeeeeee !" elle crie quand son corps explose. 

"Putain !" Je grogne.

Je décharge mon sperme chaud dans sa chatte alors qu'il se contracte autour de ma bite. Ses jambes frémissent et tremblent à son relâchement. Je pousse deux fois de plus jusqu'à ce que je sois complètement déchargé dans sa chatte. Merde !

~~~

Je me suis donc occupé de leurs "pelouses" pendant l'année suivante, jusqu'à ce que je décroche un stage dans ma spécialité. Ces femmes ont laissé une impression durable sur ce jeune garçon, c'est certain. C'étaient des femmes expérimentées, sexy, vivaces, souvent salaces, qui donnaient vraiment le meilleur d'elles-mêmes. 

Ahhh, Mme Curnone. Eh bien, elle m'a appris les plaisirs du jeu de cul. C'était juste un des avantages d'une femme plus âgée - l'expérience. Elles ont juste beaucoup plus d'expérience et moins d'inhibitions en plus. Mme Curnone m'a également aidé à améliorer mes techniques de léchage de chatte grâce à son coaching doux.  Quelque chose que mes futurs amants apprécieront sûrement. 

Mme Jenkins était probablement la plus attirante des MILF. Personne ne m'avait jamais sucé la bite comme elle et maintenant je peux donner quelques conseils aux futurs suceurs de bites de ma vie. Je n'avais pas autant parlé pendant les rapports sexuels avec d'autres filles, mais j'aimais en fait la communication. C'était mieux de se dire ce qu'on voulait et ce qu'on aimait. J'avais vraiment hâte aux mercredis et aux biscuits avec Mme Jenkins.

Qu'est-ce que j'apprends de Mme Cerise ? Eh bien, pour commencer, j'ai appris la valeur d'un "coup vite fait". Deuxièmement, j'ai appris l'attrait d'une petite douleur jetée dans le sexe. Je n'aurais jamais pensé qu'une femme adulte s'exciterait à recevoir une fessée ou que je m'exciterais à donner la fessée. Troisièmement, elle m'a fait découvrir mon côté dominant. C'était un rôle que j'allais certainement explorer plus avant dans mes futures relations. 

À ceux qui remettent en question mes relations avec ces femmes, je dis : "Ne frappez pas une MILF avant d'avoir pris une bonne fessée".